FUKUSHIMA : Les voix silencieuses

RÉALISATION :

 

PRODUCTION :

 

GENRE :

 

DURÉE :

 

DATE DE SORTIE :

 

FORMAT DE TOURNAGE:

 

ASPECT RATIO :

 

FORMAT DE PROJECTION:

 

SON :

 

LANGUE :

 

SOUS-TITRE :

 

Chiho SATO et Lucas RUE

 

Nautéin Prod

 

Documentaire

 

58 minutes

 

Janvier 2017

 

HD digital

 

16/9

 

Fichier numérique PRORES ; MOV

 

Stéréo

 

Japonais ; Français

 

Français ou Anglais ( 2 versions )

 


Imdb de Nicolas Perrin

 

 

PITCH :

 

Une jeune réalisatrice japonaise expatriée en France retourne dans sa ville natale : Fukushima City.
Six ans après la catastrophe nucléaire, elle tente de ré-ouvrir la discussion avec sa famille sur ce sujet devenu tabou. 

 

 

 

 

 

Je m’appelle Chiho SATO, je vis en France depuis 5 ans et je suis née à FUKUSHIMA.
Mes parents et grands-parents vivent encore à 60 km de la centrale de FUKUSHIMA DAIICHI dans ce que l’on appelle :

« La zone d’évacuation volontaire ».
Plus de quatre ans après la catastrophe, la radioactivité, invisible mais
omniprésente, a peu à peu disparu des esprits des habitants de la région.

Loin des images dramatiques et anxiogènes montrées fréquemment en Europe, ce documentaire est intimiste.
Un témoignage touchant sur les habitants d’une des région les plus radioactives au monde.

Mon objectif : Re-ouvrir le débat sur la situation à FUKUSHIMA en y incluant la voix des habitants eux-mêmes. 

 

 

 Un mot des réalisateurs :

 

L’explosion de la centrale de FUKUSHIMA DAIICHI survenue le 11 mars 2011 a bouleversé une grande partie de l’opinion publique vis à vis du nucléaire. Certains pays ont fait évoluer leur politique énergétique à chaud, comme en Allemagne.

De nombreuses manifestations et mouvements anti-nucléaire ont fait entendre leurs voix un peu partout dans le monde.


Cependant, qu’entendons-nous des premiers concernés, les japonais et surtout, les habitants de FUKUSHIMA ?

 

Dès mars 2011, j’ai demandé, très inquiète, à ma mère et à mon père s’ils envisageaient de déménager. Ils m’ont simplement répondu non.


Je me suis alors rendue compte avec étonnement que les appréhension, les doutes,
les débats consécutifs au tremblement de terre et à la contamination nucléaire de la région ne s’invitaient jamais dans les discussions familiales.

 

Cette catastrophe qui, à ce moment là encore, touchait tant les coeurs et les esprits en France, s’illustrait par son absence dans la parole de ceux qui la vivait. De fait, lors de mes visites qui ont suivi je n’ai jamais eu l’occasion d’entendre ma famille prendre position sur le sujet.

 

Je n’ai même pas eu l’occasion de partager mes interrogations, mes analyses ou ma peine concernant l’avenir de notre région.


Je me rends désormais compte que plus le temps passe, plus l’invisible menace radioactive s’efface des esprits.

 

C’est pour cela que j’ai décidé de réaliser ce documentaire.
Pour que la France n’oublie pas, que ma famille n’oublie pas.
Et que l’on puisse ensemble essayer de comprendre la réalité dans laquelle vivent
les gens de cette région à jamais sinistrée.


Ce documentaire est avant tout un film proche de l’intimité familiale.

 

Chiho SATO & Lucas RUE